FEMME DE LUMIÈRE

Marie-José Lamothe sur les chemins du Tibet


Question de - Albin Michel
1999


"C'est à l'aube du premier bivouac au Badarshan, les hommes de l'escorte s'interpellent, debout près du réchaud, en buvant du thé. La nuit a été froide, ils ont hâte de se mettre en marche et attendent que tu sortes de la tente pour commencer les paquetages et seller les chevaux.

Quand tu tires la fermeture éclair, écarte le pan de toile et paraît, ils semblent tétanisés, paroles coupées, gestes suspendus, regards incrédules. Car sur cette prairie d'un coin perdu d'Afghanistan, à cinq heures et demi du matin, tu es impécablement habillée, minutieusement coiffée, parfaitement maquillée, comme si, entre les matelas pneumatiques, un boudoir secret avait été mis à ta disposition.

Nos compagnons n'en reviennent pas. Ils ne sont pas loin de se croire par mégarde au paradis d'Allah. Ton apparition les tient dans une sorte de ravissement qui rajeunit d'un coup leurs visages de rudes paysans. ils ressemblent, soudain émerveillés, à des enfants mal rasés.

Comme la scène se reproduit chaque jour, les hommes attendent bel et bien le miracle, mais sans se laisser surprendre : assis sur un grand kilim, ils fixent en silence l'entrée de la tente...Ce rituel t'amuse et t'agace. Pas question pourtant que tu t'en affranchisses. Il y va du plaisir et de l'harmonie de la journée à venir. Il y va aussi, à l'exact opposé de la coquetterie, d'une élégance d'être qui est ta marque personnelle."

Lamayuru, Ladakh, hiver 1982
© Monique Piétri


Zanskar,1980
© A.V.


Sommaire

Bio

Biblio
Parcours critique

Actualité

Chroniques

À voix haute